Un hiver long à venir

Après ce week-end en rivière assez sympa, il était temps de s’attaquer aux lacs habituels qui avaient bien donné l’année dernière sur l’automne.
Mais comme de partout, les températures ne baissent pas et je retrouve à lecture de mes notes, des différences de température d’eau de plus de 5 degrés par rapport à l’année dernière. Résultat les poissons sont de partout et surtout nulle part. Alors on cherche…

Un hiver long à venir

Du blanc dans les shallows mais également dans les profonds, et les carnassiers qui alternent entre l’un et l’autre sans être vraiment fixés.

Le réseau « échos et report » connaît un encéphalogramme quasi plat, presque désolant. Et de mon côté, idem avec des pêches qui furent tout sauf faciles, bien différentes des années précédentes. Le plomb palette, très efficace à cette période n’a presque pas était dégainé. Nous avons donc alterné, les pêches fines en linéaire et au poissons-nageurs, un peu de verticale et du leurre dur à récupération lente pour le brochet.

Tout y passe
Tout y passe…

Quelques clichés des poissons et collègues qui ont partagé cette inter-saison qui a duré jusqu’il y a peu. Vous remarquerez que les jolis sandres furent les grands absents de cette période pour moi. Peu réactifs et dans tous les cas beaucoup moins que les perches ou les brochets.

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venirUn hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Un hiver long à venir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *