Technologie embarquée – Sondeur et GPS à la pêche – partie 1 sur 3

Technologie embarquée sur les grands milieuxPour en avoir fait référence ici et là au cours de mes derniers post (blog ou Facebook), j’ai tenté de faire suivre  sur mon bateau les dernières avancées en terme de technologie embarquée qui sont aujourd’hui à notre disposition. Le (trop) peu de temps passé sur l’eau reste toujours un obstacle à une véritable connaissance du fonctionnement des milieux que l’on prospecte et surtout de leurs évolutions au fil des saisons.

COMMENT FAIRE

Déterminer précisément et rapidement les « bons secteurs » ne peut renvoyer qu’à une connaissance très précise et suivie du secteur, un vrai bon tuyau ou à un omni-sens de l’eau 😉
Ayant une nette préférence pour les grands milieux, alternant eau douce et eau salée et ne pêchant rarement plus de 3 ou 4 fois les mêmes eaux dans l’année, j’aime bien chercher « la pêche » comme on dit en alternant les secteurs et les techniques. Mais j’avoue également que j’aime tout autant la trouver « cette pêche » 😉

Peche du brochet et itinérance sur les taches d'herbiers = un régal

Pêche du brochet et itinérance sur les taches d’herbiers = un régal

Ma modeste expérience des grands lacs du Sud-Ouest (relativement pauvre en grandes structures fixatrices de poissons), m’a appris que tout changement même mineur de luminosité et surtout la moindre variation de l’intensité ou de la direction du vent peut changer totalement la tenue du poisson fourrage et avec elle bien évidemment celle des carnassiers.

Un large secteur relativement bien peuplé peut ainsi se retrouver totalement vide de poissons en quelques minutes. Alors quand l’étendue d’eau fait plusieurs milliers d’hectares, comment les retrouver ou encore revenir sur les hot spots sans aucuns sondeurs ou même GPS.

Y'a de l'eau là, on pêche où?

Y’a de l’eau là, on pêche où?

« ON SE FAISAIT CHIER!!! »

Sur ces eaux, certes assez typiques en terme de profils, j’ai eu souvenir d’entendre comme réponse à la question « Comment faisiez-vous avant les sondeurs-GPS ? » « On se faisait chier !!! ». Entendait que les résultats des pêches étaient très aléatoires, sans une présence continue sur l’eau évidemment.

Escapade salée, une autre grand milieu où l'électronique est d'abord un élément de sécurité

Escapade salée, une autre grand milieu où l’électronique est aussi un élément de sécurité

Constat identique pour celui qui fréquente l’eau salée et le jeu des marées pendant lequel les postes se vident et se remplissent au gré des hauteurs d’eau et des courants toujours changeant par nature.

UN VRAI GAIN DE TEMPS

Il est évident que l’utilisation des sondeurs et dorénavant GPS permet tout simplement de gagner un temps fou. Ils ne font pas tout c’est sûr, un poisson trouvé (pour le peu qu’il soit identifié ou identifiable) ne mordra pas à coup sûr et loin de là, mais déjà vous éviterez de pêcher là où il n’y a pas une écaille et déjà ça rassure.

Petit aperçu de la qualité de l'imagerie d'aujourd'hui - ici les bunkers d'Arcachon

Petit aperçu de la qualité de l’imagerie d’aujourd’hui – ici les bunkers d’Arcachon

Dés premiers sondeurs (pour la pêche de loisir) à aujourd’hui, les technologies ont fortement évolué et les zones d’ombres (arbres, rochers, concentration de poisson) ont très largement diminué voire ont été quasi supprimé. Tout ça va très vite, tout autant d’ailleurs que pour les smartphones ou quelque temps auparavant les ordinateurs.

NETTE PROGRESSION

Sandre en verticale sans sondeur, la journée va être longue...

Sandre en verticale sans sondeur, la journée va être longue…

Aujourd’hui il existe des machines bien plus performantes mais également intuitives qu’il y a encore 7 ou 8 ans. Il est clair qu’il faut un peu de temps pour les prendre en main et l’intégrer dans sa pêche comme un outil à part entière mais une fois que c’est fait, l’aide devient précieuse et même totalement indispensable pour certaines pêches (le sandre en verticale en est un des meilleurs exemples).

N’étant pas fana de nouvelles technologie et me méfiant surtout des appels marketing et gadget en tout genre, j’ai toujours cherché une certaine efficacité dans ces outils. Rapidité de prise en main et adaptation à nos pratiques de la pêche fondent pour moi l’essentiel pour y trouver un retour sur investissement. Je ne parle pas de l’aspect financier évidemment car il sera toujours à perte (et elle peut être lourde 😉 mais surtout du temps accordé sur l’eau pour comprendre comment ça marche et le faire marcher comme je l’imagine qu’il puisse m’accompagner.

Le package de ma mise à jour électronique - complet, relié et interconnecté

Le package de ma mise à jour électronique – complet, relié et interconnecté

ON TENTE DE SUIVRE L’ÉVOLUTION

Après plusieurs changements de machine, j’ai basculé depuis 1 saison sur le haut de gamme de la marque Lowrance en terme de sondeur/GPS et de la marque Motorguide qui lui est couplée pour le moteur électrique Avant. Quand je dis couplé, le lien est bien réel dans les faits. Il est dorénavant possible de relier le sondeur/GPS au moteur Avant afin de le commander à distance et de lui en demander encore plus qu’avant en terme de déplacement pendant la pêche.

Appeler Pinpoint Gateway, cette liaison faisait partie des gros + qui m’ont fait changé mes anciens appareillages. J’y reviendrais en détails.

La pêche se modernise et l’utilisation des nouvelles technologies permet d’appréhender beaucoup rapidement qu’avant nos sites de pêche et le comportement des poissons. Elle représente un cout tant financier qu’en terme de temps de prise en main mais je ne connais pas grand monde qui pourrait s’en passer après y avoir gouté.
Voir sous le bateau reste réellement magique et à la portée de tous aujourd’hui.

30

Rassurez-vous l’évasion est toujours là car ils ne font pas tout, loin s’en faut…

Partie 2/3 plus technique à venir dans une second post où je tenterai d’illustrer les utilisations possibles par un retour sur ma première saison de prise en main.

Jérémy

Une réflexion au sujet de « Technologie embarquée – Sondeur et GPS à la pêche – partie 1 sur 3 »

  1. Ping : Technologie embarquée – Sondeur LOWRANCE HDS – partie 2/3 | Evasion Pêche – Blog carnassiers, mer et truite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *