Technologie embarquée – Moteur MOTORGUIDE Xi5 – partie 3 sur 3

 

22Quant au moteur, j’avais déjà opté pour mes guidages pêche sur une commande sans fil avec boussole magnétique (sorte de GPS) me permettant à l’arrière du bateau de tout contrôler sans y passer trop de temps ou d’attention.

Suite de l’article « Technologie embarquée – Sondeur LOWRANCE HDS – partie 2/3« 

La fiabilité était au RDV tout comme le confort. Puis les technologies avançant, j’ai pris connaissance des possibilités et premiers retours sur les MOTORGUIDE Xi5 et le fameux lien relativement simple avec le combiné Sondeur/GPS appelé PINPOINT GATEWAY, j’ai assez logiquement basculé.

 Discrétion et sobriété

Mes premiers retours sur le moteur à proprement parlé sont plutôt bons car la consommation électrique s’avère réellement plus sobre. Même si ce n’était pas du tout pour cela que j’avais craqué, je peux maintenant me passer systématiquement de la seconde batterie qui me servait occasionnellement auparavant (journée de grand vent notamment ou courant marqué).

Xi5 dans la version Salt Water

Xi5 dans la version Salt Water

Le côté relativement silencieux me plait également car l’aspect sonore des moteurs à commande électrique peut s’avérer négatif sur les poissons éduqués (silure et blackbass par exemple) et écarté par les professionnels (concours US) par exemple qui leur préfèrent les moteurs à direction câblée (commande filaire à pied obligatoire du coup). Je n’y croyais pas trop au départ mais il vrai qu’il est nettement moins bruyant que mon ancien et l’éducation croissante des poissons ne m’inciterait pas à faire marche arrière.

Connexion au sondeur

Pour en venir à ce qui me motivait réellement au départ, j’ai dés dés l’installation de lma nouvelle configuration, calé la liaison entre le HDS GEN3 et le moteur (via un réseau Earthnet et une procédure spécifique simple). J’ai donc pu contrôler ce moteur depuis le sondeur mais là rien d’exceptionnel puisque la télécommande sans fil permet de la faire à distance tout aussi bien (absence cependant d’écran « retour info » sur cette télécommande).

Mais SURTOUT j’ai pu caler mes prospections sur le GPS et mes limites d’herbiers, ma dernière touche, des lignes de profondeurs pré-senties, etc. Et là ce n’est pas rien!!!

Au doigt et à l’œil

Couplé directement le GPS et ma carto/bathymétrie/points GPS avec la direction de mon moteur avant m’enlève encore des manipulations pour ne me concentrer que sur mes animations et la sacro-sainte touche. Il m’a fallu un peu de prise en main au départ, tester les différents modes de prospection proposés et les comprendre (je n’utilise presque plus le pavé proposé en commande directement sur le sondeur mais la télécommande pour cela). Mais une fois en main…

Affichage multi-écran pour un contrôle depuis le sondeur avec programmation "Prospection en boucle"

Affichage multi-écran pour un contrôle depuis le sondeur avec programmation « Prospection en boucle »

Au final j’utilise très régulièrement cette prospection commandée en terme de direction avec un point GPS de direction unique ou une multitude de points GPS à « passer sur ». Et ce n’est « que du bonheur ».

Après un dérive productive (en jaune) programmation d'une "repasse" au moteur électrique via 4 points GPS pointés à SIMPLEMENT à l'écran

Après un dérive productive (en jaune) programmation d’une « repasse » au moteur électrique via 4 points GPS pointés SIMPLEMENT à l’écran

Trace de prospection programmée, y'a plus ka trouver le truc qui déclenche car les poissons sont là (vue 2D à droite)

Trace de prospection programmée, y’a plus ka trouver le truc qui déclenche car les poissons sont là (vue 2D à droite)

Ancrage GPS

Pointage de l'endroit précis où je veux aller et petite pose photo/mouillage en cours de route car la prospection est bonne ;)

Pointage de l’endroit précis où je veux aller et petite pose photo/mouillage en cours de route car la prospection est bonne ;)

Quant à l’ancrage GPS (indépendant de la liaison GATEWAY), j’avoue qu’il se montre bien plus précis pour ne pas dire enfin pertinent. J’utilise également les déplacements (d’un mètre par impulsion sur une touche de direction) autour d’un ancrage initial pour les phases de lancer-ramener « productifs ». Quand on a le « PIT », on le tient et on garde ses bonnes distances à tout niveau 😉

Jour de grand vent, avec l'ancrage ça pêche au mètre prés

Jour de grand vent, avec l’ancrage ça pêche au mètre prés

Et sur le long terme…

Quant au retour durabilité, après une utilisation eau salée (j’ai monté le modèle SW pour certaines de mes prospections en mer) et eau douce sur une saison, je n’ai eu aucun souci ni électrique, ni électronique. J’espère que les plastiques (toujours trop présents à mon gout) et peinture tiendront le coup comme mes anciens.

Seul paramètre à surveiller la position du moteur afin qu’elle ne gêne pas (léger débordement avant) la mise en place sur votre remorque ou les mises à l’eau, je l’avais anticipé mais à surveiller.

Hâte d'y retourner. Pas vous?

Hâte d’y retourner. Pas vous?

Ouverture carnassiers J-23

Après une saison complète d’utilisation, j’attends avec impatience la nouvelle saison carnassiers avec des outils performants que je commence à relativement bien avoir en main et dont j’en peaufinerai certainement encore un peu l’utilisation pour gagner du temps, réaliser moins de manipulations et faire toujours quelques fishs ici et là en me baladant sur des eaux diverses et variées.

29

Jérémy

PS : n’hésitez pas à poser des questions dans la rubrique commentaire ou directement sur mon profil Facebook


Démo-vidéo de la liaison sondeur/moteur par jérémy DIZDAREVIC :

 

Une réflexion au sujet de « Technologie embarquée – Moteur MOTORGUIDE Xi5 – partie 3 sur 3 »

  1. Ping : Technologie embarquée – Sondeur LOWRANCE HDS – partie 2/3 | Evasion Pêche – Blog carnassiers, mer et truite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *