Rockfishing experience

Une première pour moi, petite séance de rockfishing à la tombée de la nuit après le boulot. Technique et style de pêche dont on entend beaucoup parler, il était tentant de voir concrètement à quoi cela consistait vraiment et de s’y essayer.

Rockfishining experience

 

Après les différents retours et séances de rockfishing auxquelles je n’avais pu participer, j’accepte l’invitation lancée par Benoit.

Rockfishing experience

Nous arrivons avec Sylvain sur le spot avant nos hôtes qui pointeront leurs nez un peu plus tard après un parcours tourmenté. Sylvain ayant déjà participé à une petite sortie, il me fait le topo de la pêche.

 

Rockfishing experience

Rockfishing experienceCanne UL de 2.10 à 2.40, de préférence à scion plein, nylon ou fluorcarbone de 18 à 25 centièmes sur moulinet de taille 1000 à 2500, têtes plombées de 0,5 à 5 gr ou montage drop-shot, hameçons de 1 à 8, leurres souples de 2 à 3 inch, de type slug ou shad.

Pour le spot prospecté, on lance derrière le courant, puis canne basse, on fait dériver et draguer les montages au travers des veines d’eau. Les bars, chinchards, sars, maquereaux, rascasses et je ne sais encore quel poisson, viennent taper entre deux eaux sur ces imitations à la dérive. La sensibilité des cannes utilisées et une bannière semi-tendue permettent d’identifier les touches qui se traduisent par un toc « sensitif » ou « visuel » sur ces scions extra-souples.

Rockfishining experienceJe ne possède pas pour ma part de références spéciales rockfishing telle que les Reins Ajiringer ou Illex Pepper à scion plein. Mais ma DAMIKI Angler Blade Light que j’utilise pour le drop-shot light devrait bien faire l’affaire en propulsant sans problème ces très faibles grammages et en ne ratant rien, même des plus infimes gratouillis. Sylvain part quant à lui sur une DAMIKI Angel EX et opte pour la puissance ML sur du tout nylon en 22 centièmes.

Je prend pour ma part l’optique d’essayer en tresse très fine (6-7 centièmes) sur laquelle je laisse la longue tête de ligne en 25 centièmes qui l’équipait déjà. J’embarque tout de même une bobine de 20 centièmes si il faut affiner. Tout ceci correspond à l’équipement que j’utilise pour la truite aux leurres et je sais  qu’il répond aux critères de discrétion nécessaire pour cette technique exigeante en permettant de conserver une parfaite sensibilité. Et en cas de contact avec du beau poisson, je serai également un peu plus serein.

Quant au poste, j’avoue que je suis septique quant aux grammages conseillés car pour moi du 5 ou du 7 gr collerait mieux à la puissance du jus que l’on a en face de nous. Ce courant pourrait même abriter de forts jolis poissons. Mais je suis les conseils à la lettre et si j’ai bien compris c’est entre-deux eaux et plutôt décollés que taperait les poissons. De toute manière le courant ne fera que faiblir. Je pars donc sur des têtes plombées finesse V-Point de chez Dragon en 2 gr et y colle un shad de 3 inch en blanc (un classique Rockvibe) pour être un peu visible.

Après 30 mn de prospection du plus vif au plus mou du courant et plusieurs essais de tailles, formes et coloris de leurres, il faut se rendre à l’évidence que ça ne fonctionne pas tout à fait, ou pas comme d’habitude apparemment. A moins que nous soyons encore trop tôt dans la marée ou tout simplement que les poissons ont désertés depuis les premiers coups de froid. Je suis carrément perdu, sans trop savoir où le leurre tombe exactement, à quelle hauteur de la colonne d’eau on évolue et même quelle profondeur présente le poste exactement.

Petit break et j’essaye de changer un peu la prospection en passant plus lourd (3.5 gr) avec une tête triangulaire qui fendra mieux l’eau et remonte un shad en 3 inch. Je décide également de soustraire la bannière du courant en pêchant canne haute. Je stoppe également toutes animations ou presque et compense par une récupération au plus juste de la bannière. Un mélange entre sandre à gratter et truite aux leurres souples dans les jus. Tout ça me parle un peu plus.

Je repars confiant et j’arrive même en me calant dans l’axe des lampadaires à voir où tombe mon leurre. Première dérive et alors que je crains d’accrocher le fond dans cette pêche à la volée où je tente de descendre dans la colonne d’eau, je prends ma première tape. Franche et sans appel, c’est mon premier rockfish avec un combat bien sympa dans ce courant sur cette canne light. C’est un petit bar et je suis super content.

Rockfishing experience

Les deux lancers suivants se soldent par des tapes franches et ce sont également des bars de 30 à 40 cm que je met au sec et relâche immédiatement. Les sensations sont bonnes et j’ai l’impression d’avoir trouvé la pêche mais les lancers suivants seront vierges.

Rockfishing experience

Je passe alors encore plus lourd (4.5 gr) et vire au passage mon leurre blanc pour quelque chose de plus discret. Lancer suivant et c’est avant même d’avoir eu le temps de commencer la prospection que je prend la tape en tête du contre. C’est l’occasion de mettre au sec encore 4 jolis petits bars en suivant de cette façon. Les touches finissent pas s’estomper et j’en profite pour avaler mon repas du soir lui aussi sur la thématique light (une boite de gâteaux qui trainaient par là).

Rockfishing experience

Sylvain prend quelques tapes mais rien n’est mis au sec. Lancer trop courts, mauvais leurre, forme de la TP ou animation, allez savoir, ça ne veut pas pour lui.

Nos hôtes arrivent en force et ils sont chauds. Ils se mettent en pêche hâtivement. Après un bon quart d’heure, il faut se rendre à l’évidence, ça s’est calmé et les poissons ne répondent pas très agressivement aux prospections habituelles. Ils toucheront quand même une rascasse, un chinchard et un peu de bars.

Rockfishing experience

Rockfishing experience

Je me replace un peu, repasse sur du 3.5 gr au vu du courant qui a bien faibli et prend de nouveau deux petits bars, puis lancer suivant, je prends la FRAPPE. Le frein se met à couiner et je me rend tout de suite compte que ce n’est pas la même. Le poisson me fait dévaler sur 50 m à crapahuter dans les cailloux, canne le plus haut possible, je suis fébrile en sentant le fil frotter à deux reprises dans des cailloux. Je crains qu’il ne rejoigne un autre courant plus en aval ce qui ne me permettrait plus de le suivre. Je bride, je bride et nous apercevons les premiers remous en bordure, c’est presque gagner. Benoit arrive à le gripper et j’ai tout loisir d’apprécier ce lunker de 3 bons kilos. Il n’est pas très long mais bien haut et gras. J’imagine qu’il est habitué à se gaver tranquillement dans le port. Le combat fut excellent, ce poisson m’a mis une bonne branlée.

Rockfishing experience

Rockfishing experienceJe savoure la prise de ce joli bar. Je suis aux anges et le remet à l’eau tranquillement.

Peu de temps après, nous décidons avec Sylvain d’aller voir en face car les touches sont devenues rares sur ce poste prospecté en long, en large et en travers.

Rockfishing experienceNos tous premiers lancer se soldent par de bonnes frappes en plein jus, ce qui permet à Sylvain de décapoter avec 2 bars et de personnellement en ajouter 2 de plus à mon compteur. Les poissons chassaient dans très peu d’eau. Puis cela se calme et après avoir laissé quelques montages sur ce poste plus encombré nous décidons d’arrêter.

Rockfishing experienceLes flash et rugissements qui nous arrivent d’en face nous indiquent que ça bouge encore un peu. Nous nous arrêtons les saluer et apprenons que les sars jouent maintenant avec leurs nerfs. Le jus est maintenant minime. Il est temps pour nous de rentrer car demain on bosse.

Autant vous dire que j’ai beaucoup apprécié cette première rockfishing expérience. Que ce soit l’ambiance nocturne, la crapahute dans les cailloux, les pêches version light ou la découverte générale de cet univers.

Les poissons semblaient tatillons et je m’en sors avec un lunker et un joli score, j’attends de voir quand cela rigole vraiment et notamment avec d’autres espèces de poissons marins ou tout simplement sur d’autres postes.

De plus, ceci me permet de faire une petite virée pêche après le taf en pleine semaine, ce qui n’était plus possible en eau douce depuis ces nuits déboulant à 18h00.

De la balle, j’y retournerai et un grand merci à Sylvain et à Benoît

Rockfishing experience

3 réflexions au sujet de « Rockfishing experience »

  1. Merci de ce report très bien restitué qui ma permis de revivre cette agréable sortie. Je profite de ce commentaire pour te remercier Jérémy car tu m’apprends beaucoup et j’ai grand plaisir de partager ces parties de pêche. Une dédicace a Benoît pour m’avoir fais découvrir l’ambiance iodée du rock

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *